La liste de vérification du PCSEE à l’intention des garderies fait son entrée dans les 950 centres de la petite enfance de Toronto

Jill McDowell est consultante en promotion de la santé à la Toronto Public Health (TPH). Elle représente également cette organisation au PCSEE. Par conséquent, elle est très bien placée pour constater les bénéfices de l’intégration des principes de la santé environnementale dans les règles de fonctionnement des centres de la petite enfance de la ville.

Travaillant à la Ville de Toronto au département responsable des services à l’enfance, voilà exactement ce qu’elle a fait, en se servant de la liste de vérification du PCSEE à l’intention des centres à la petite enfance à titre de principale ressource.

« Je pense que nous savons tous que la santé environnementale gagne constamment en importance, au fur et à mesure que nous en apprenons plus au sujet des effets potentiels de tous ces produits chimiques sur la croissance des bébés et des enfants », indique Jill.

« Toutefois, cela n’a jamais fait partie du travail de sensibilisation traditionnel en santé publique. C’est donc une bonne chose d’être capable de transmettre à nos fournisseurs de services les messages et les principes consistant à réduire les risques pour la santé qui sont reliés aux substances toxiques retrouvées dans l’environnement. »

La Ville de Toronto gère ou subventionne environ 950 centres de la petite enfance. Leur conformité aux règles établies par la Ville est évaluée plusieurs fois par année et les notes qu’ils obtiennent sont publiées sur un site web. Cela permet aux parents de prendre des décisions éclairées lorsque vient le temps de choisir un service de garde pour leurs enfants.

En guise de point de départ, les centres à la petite enfance seront évalués selon qu’ils réchauffent ou non les aliments dans des contenants en plastique, ou qu’ils servent ou non des aliments chauds dans des assiettes en plastique. Ces pratiques sont préoccupantes en raison du fait que des produits chimiques nocifs, comme le BPA qui imite l’effet de certaines hormones, peuvent migrer du plastique chauffé vers les aliments.

Bien que les autres éléments faisant partie de la liste de vérification du PCSEE à l’intention des centres à la petite enfance ne soient pas encore pris en compte dans les évaluations, la TPH appuie fortement leur intégration. Par exemple, s’il y a du poisson au menu, la liste de vérification recommande de ne servir que du poisson contenant une faible teneur en mercure.

La liste de vérification du PCSEE recommande également l’application d’autres mesures dont voici quelques exemples : s’assurer qu’aucun pesticide n’a été appliqué sur les espaces verts où jouent les enfants; utiliser les insectifuges avec précaution; se laver les mains après avoir touché du bois traité sous pression; mettre en place une politique interdisant l’utilisation de fragrances; effectuer un test de détection du radon; et disposer adéquatement de la poussière qui peut s’avérer être la plus importante source d’exposition à divers contaminants tels que le plomb et les retardateurs de flammes contenant du brome.

« Sans le soutien du PCSEE, je ne serais pas aussi efficace dans mon travail. Ce partenariat est grandement bénéfique pour nous », dit Jill.

« La directrice du PCSEE est vraiment extraordinaire – elle est vraiment attentive aux partenaires, elle prodigue suggestions et commentaires sur plusieurs choses : documents de communication, travail de plaidoyer, d’éducation et de sensibilisation. De plus, le matériel du PCSEE a été révisé par plusieurs chercheurs crédibles et conseillers techniques. En raison de la crédibilité du partenariat, je peux donc utiliser ce matériel en toute confiance, et je pense qu’il en va de même pour tous les autres partenaires. »

Jill travaille également à la direction de la division Healthy Families de la TPH afin que les lignes directrices et les programmes actuels tiennent compte de la santé environnementale des enfants. Dans le cadre de l’un de ces programmes, appelé Living and Learning with Baby, les parents de jeunes enfants sont invités à venir, à rencontrer d’autres nouveaux parents et à apprendre toutes sortes de choses reliées à la santé – de la nutrition à la prévention des blessures.

« Nous avons donc créé un module en nous servant de la vidéo Cinq choses à faire à titre de base pour ce curriculum », indique Jill. « Et je suis certaine que la vidéo remplira son rôle de diffusion habituel. »

Vous pouvez communiquer avec Jill McDowell par courriel à jmcdowe@toronto.ca